Enfants de parents


Enfants de parents, 100 photographies et broderies, 2014-2017
Children of parents, 100 photographs and embroidery
, 2014-2017

 
"Cette exposition "Enfants de parents" est impressionnante" Serge Klarsfeld, extrait d'un courrier reçu le 7 aout 2017.



 cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale  
"Je ne me sentais en effet pas le droit d'exterminer les hommes (...) et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre"              

 Heinrich Himmler

Vue de l'exposition 1011 à l'Espace Aragon 2017
Enfant de parents, vue partielle de l'exposition à l'Espace Aragon, 2017

Beaucoup de Français ignorent aujourd'hui que leur pays fut dès 1938 une " terre des camps ».

Entre le décret du 12 novembre 1938, qui permit d'interner les «indésirables étrangers» dans des centres spécialisés, et la libération du dernier interné en 1946, six cent mille hommes, femmes et enfants, juifs pour la plupart, et  Tsiganes ont été enfermés dans 224 camps français dans des conditions effroyables.

C'est ce pan occulté de notre histoire nationale que met en scène notre œuvre.

Plusieurs images d’archive montrent les enfants internés, hagards, tenant leur poupée serrée contre eux.

C’est pourquoi, comme un froid pourcentage, cent photographies de poupées symbolisent les enfants de ces camps. Sous chaque poupon est brodé le nom d’un camp français. La typographie provient d'un travail de récolte de 100 lettres et cartes écrites par des prisonniers des camps.

La typographie renvoie donc à une personne.



cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondialecent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale

cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondialecent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.
cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.
cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.cent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondialecent photographies de poupées symbolisent les enfants des camps français de la seconde guerre mondiale.

Enfants de parents, 100 photographies brodées



Oeuvre en cours de réalisation

Une photographie d'archive a déclenché cette série. Il s'agit d'une fillette endormie tenant sa poupée, photographiée dans le camp de Drancy, peu de temps avant sa déportation vers Auschwitz.

fillette endormie tenant sa poupée, photographiée dans le camp de Drancy, peu de temps avant sa déportation vers Auschwitz.

Quelques exemples d'enveloppes utilisées pour broder le nom des camps :

exemples d'enveloppes utilisées pour broder le nom des campsexemples d'enveloppes utilisées pour broder le nom des campsexemples d'enveloppes utilisées pour broder le nom des camps




La presse en parle :

Jean-Louis Roux, Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, 
Avril 2017


"L’art de 1011 ne relève pas de de la pure contemplation : il bouscule, il dérange, il met mal à l’aise. Il use d’images douces pour nous asséner des vérités dures. Ainsi de l’installation intitulée Enfants de parents, constituées d’une série de soixante portraits photographiques de poupées mal en point (sales, usées, démembrées, étêtées) saisies sur fond noir ; en pied d’image a été brodé le nom de l’un des 224 camps d’internements ouverts par la France entre 1938 et 1946 pour emprisonner les « étrangers indésirables », essentiellement juifs. La force de l’œuvre tient ici à la distorsion entre la tendresse enfantine de la poupée et la violence insoutenable que cette tendresse dénonce. La sobriété de ce travail artistique, son impeccable mise en forme, son économie de moyens même rendent le message d’autant plus incontournable et percutant."


Soutien / Support :

Yad Vashem, Museums Division, Art Department,
Septembre 2018

"We were very impressed with your work in preserving the memory of the Holocaust, and we thank you for introducing us with your art .

We will open you an artist's file at the International Archive of Holocaust Art, located in the Holocaust Art Research Center.

It will be accessible to curators, art researchers, historians and students interested in researching the subject."



Les ouvrages et sites de référence pour cette oeuvre :

- Anne Grynberg, Les camps de la honte, Les internés juifs des camps français 1939-1944
- Eric Conan, Sans oublier les enfants, Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande 1942
- Serge Klarsfeld, Adieu les enfants (1942-1944)
- Laurette Alexis-Monet, Les miradors de Vichy 


Site de l'AJPN, Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France :
http://www.ajpn.org/

Site de l'APRA , Association Philatélique de Rouen et Agglomération :
http://www.apra.asso.fr/Camps/Fr/Accueil-Camps.html
http://www.apra.asso.fr/APRA/Articles/HS14-CampsInternementFrancaisSuppl.pdf

Site  Une mémoire française
Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946

http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/internement.html


Poème d'Arthur Aurélien sur l'oeuvre Enfant de parents
Arthur AuréliAn